Saisir un RIB externe sur un livret en ligne

But de la manœuvre : saisir un RIB sur chacun de nos livrets en ligne afin de pouvoir y effectuer des virements sortants sur d’autres comptes que le compte courant initialement enregistré lors de l’ouverture du livret. On doit pouvoir ainsi enregistrer un autre de nos comptes courants ou un autre livret.

Pour cette action, nous voudrions que nos livrets-tests puissent permettre :

  • la gestion de plusieurs comptes externes;
  • la saisie en ligne d’un nouveau compte externe en création avec authentification renforcée;
  • la suppression d’un compte externe;
  • la conformité au format européen SEPA (IBAN + BIC), plutôt que la saisie d’un RIB au format national (banque, guichet, compte, clé), qui n’est plus en vigueur depuis le 1er février 2014. Avant cette date, nous nous attendions à avoir le choix entre ces deux formats;

  • la personnalisation du nom du compte pour que l’on puisse rapidement identifier le compte lors des virements (c’est plus simple de repérer « CC Marie Société générale » ou « LEO Pascal » qu’une suite de chiffres).

Compte épargne Cetelem (essai 2013-2014)

On aime – La possibilité d’enregistrer plusieurs RIB, même s’ils sont nécessairement au nom du titulaire du comte épargne Cetelem. La conformité au format SEPA.

On aime moins – L’impossibilité de réaliser l’opération en ligne. L’absence d’authentification renforcée. Le fait de ne pas pouvoir personnaliser les comptes listés.

Notre note : 1,5/5.

Livret Carrefour Banque (essai 2013-2014)

On aime – RAS.

On aime moins – Le fait qu’il ne soit possible d’enregistrer qu’un seul RIB à notre nom. Le fait de devoir appeler le service client pour changer de RIB externe. L’absence d’informations sur l’ajout de bénéficiaires pour les retraits sur l’espace client et dans la foire aux questions.

Notre note : 0/5.

Compte sur livret Boursorama (essai 2012-2013)

Notre note : 4,5 / 5. La saisie d’un compte externe est simple et efficace chez Boursorama avec une authentification renforcée grâce à l’envoi d’un code par SMS. La banque en ligne n’est pas loin du sans-faute mais on aurait voulu personnaliser le nom du compte.

Livret Zesto (essai 2012-2013)

Notre note : 4,5 / 5. RCI Banque frôle le sans faute dans son interface de saisie d’un RIB externe : l’utilisateur peut créer, ajouter ou modifier autant de bénéficiaires qu’il le désire et il peut choisir d’entrer soit le RIB du bénéficiaire, soit son IBAN. Petit bémol tout de même : le compte créé porte le nom du bénéficiaire et cela ne peut pas être modifié.

Compte épargne direct HSBC (essai 2010-2011)

Notre note : 1/5. HSBC limite à 3 le nombre de comptes externes. Elle ne permet ni la saisie, ni la suppression d’un compte en ligne, il faut pour cela remplir un formulaire papier, à renvoyer par la Poste.

Livret BforBank (essai 2010-2011)

Notre note : 4,5/5. Très pratique, l’interface de saisie de Bforbank est presque parfaite. Seul bémol : elle n’accepte que le code Iban pour identifier le compte externe, une information pas encore présente sur les RIB de toutes les banques.

Livret épargne Monabanq (essai 2010-2011)

Notre note : 4,5/5. Monabanq permet d’identifier le nouveau bénéficiaire  au moment d’effectuer le virement, et pas seulement en amont, ce qui s’avère très pratique. Seul petit bémol : il n’est pas possible de personnaliser la dénomination du compte externe.

Livret épargne orange ING Direct (essai 2010-2011)

Notre note : 1/5. Comme chez HSBC, la nécessité d’envoyer un formulaire papier rend la démarche très fastidieuse, même si ING Direct invoque la nécessité de sécuriser l’opération.

Livret + Fortuneo (essai 2010-2011)

Notre note : 5/5. Fortuneo est la seule banque à remplir tous les critères d’évaluation retenus. Un sans-faute.

Bilan 2011

Ce test des procédures d’installation de comptes externes est, de loin, le plus contrasté depuis le début de notre banc d’essai des banques en ligne. D’un côté, trois sites (Fortuneo, Monabanq et BforBank) obtiennent d’excellentes notes, grâce à leurs interfaces pratiques, sécurisées et rapides. De l’autre, ING Direct et HSBC sont pénalisées, avant tout parce qu’elles imposent l’envoi de formulaires papier pour valider l’installation du compte, ce qui complique et ralentit considérablement la démarche. Pour se justifier, elles invoquent des impératifs de sécurisation. Nous y avons plutôt vu une conception obsolète de la banque à distance.

Ce contenu a été publié dans Banc d'essai, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *